4 façons d'utiliser le langage pour favoriser ses relations sociales

apprivoiser-langage-maitriser-relations

Une des composantes du langage qu'on ne considère pratiquement jamais et qui pourtant est toute aussi importante que le fait de savoir parler, c'est la façon dont on communique et dont on gère nos interactions avec les autres. En jargon orthophonique, on parle de pragmatique.

Je parlais l'autre jour avec le parent d'une petite cliente et la mère me racontait que plus ça va, plus il semble difficile pour sa fille de se faire des amis. C'est une enfant extrêmement sociable qui aime plaire aux gens, mais il lui arrive souvent de ne pas savoir quoi dire ni comment le dire, ce qui peut parfois donner lieu à des malaises. Les autres ne comprennent pas nécessairement pourquoi elle agit ainsi. 

Ok, mais c'est quoi le lien entre le langage et les amis?

Est-ce qu'il vous est déjà arrivé de discuter avec quelqu'un qui vous parlait d'un sujet qui ne vous intéressait visiblement pas, mais qui, malgré vos nombreuses tentatives pour le lui signifier subtilement, continuait sur sa lancée? Moi oui! Et je dois vous avouer que ce n'est jamais vraiment une partie de plaisir de voir que l'autre ne saisit pas les messages qu'on lui envoie. D'autant plus que ça finit souvent qu'on doit couper court à la conversation au risque de paraître bête ou dire explicitement à l'individu qu'on n'est pas intéressé (pour ma part, je DÉTESTE devoir faire ça).

Est-ce que ça vous est déjà arrivé qu'un individu que vous connaissez peu vous parle d'un peu trop proche, autrement dit, qu'il soit dans votre bulle? Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, je ressens toujours un profond malaise, car peu importe les signes que j'envoie à cette personne, on dirait qu'elle ne fait que se rapprocher de moi contre mon gré. Encore une fois, je mets donc toujours TRÈS rapidement court à la conversation au risque de paraître malpolie quand mon message n'est pas compris. 

Est-ce que ça vous est déjà arrivé qu'une personne dise une phrase totalement hors contexte ou répète ce que vous dites sans amener la conversation plus loin? Moi ça m'est déjà arrivé et j'ai beau travailler dans le domaine et comprendre les principes de base d'une conversation, à chaque fois que je le vis, je ne peux m'empêcher de me sentir mal pour la personne qui se fait souvent regarder de travers par les autres interlocuteurs.

Pour vous illustrer plus concrètement à quel point le langage module nos relations sociales, j'ai décidé de m'inspirer de 4 situations que vivent régulièrement mes propres clients présentant des difficultés langagières. 

1) Votre interlocuteur ne comprend peut-être pas tout ce que vous lui dites...

La plupart des enfants/ados avec lesquels je travaille ont des difficultés langagières. Bien qu'elles soient souvent subtiles, elles demeurent bien présentes. L'une de ces difficultés est la compréhension.

Je parie que ça vous est déjà arrivé de hocher de la tête lorsque quelqu'un vous parle, mais que vous n'avez rien compris à ce qu'il vous a dit et que vous êtiez trop gêné pour lui demander de répéter. Disons que parfois, ça peut donner lieu à de drôles de situations surtout si la réponse attendue était tout sauf un hochement de tête... 

C'est un peu ce qui se passe pour les gens qui éprouvent des difficultés de compréhension. Il leur arrive souvent de ne pas comprendre ce que signifie un mot en particulier ou une structure de phrase quelconque. Et au lieu de passer pour « simplet » et demander des précisions sur ce qui vient d'être dit, ils vont se contenter de hocher la tête ou de donner la réponse qui semble la plus logique pour eux (mais qui ne l'est pas toujours).

Cela coupe souvent l'élan de la conversation soit parce que la réponse ne permet pas de poursuivre le fil conducteur ou ne correspond pas du tout au sujet discuté. 

Sachez que les gens qui ont des difficultés langagières sont souvent mal à l'aise de devoir admettre leur incompréhension (dans certains cas même, il n'en sont pas conscient tant qu'on ne leur fait pas remarquer). Alors la prochaine fois qu'une personne vous donne une réponse insensée ou inadéquate, ne vous gênez pas pour lui demander si elle a compris ce que vous veniez de lui dire et reformuler votre phrase.

2) Ne pas comprendre les messages sous-entendus (figures de style, expression du visage)

Une autre des difficultés qu'on remarque chez les individus qui présentent des difficultés langagières, c'est qu'il est parfois difficile pour eux d'interpréter les fameux « messages subtils ». Vous savez ces sous-entendus qu'on glisse dans une conversation parce qu'on ne veut pas dire directement le fond de notre pensée.

En effet, étant donné qu'ils éprouvent des difficultés de compréhension, leur demander de comprendre une phrase figurée (p.ex. une expression) ou encore l'ironie, ce n'est pas toujours réaliste.

Plusieurs individus présentant des difficultés langagières ne comprendront pas le message subtil que vous tentez de leur livrer. Ainsi, n'hésitez pas à être clair. Si vous voyez que l'information ne semble pas être comprise, reprenez vos propos en les exprimant clairement. Autrement dit, dites mot pour mot ce que vous pensez.

Au risque de paraitre direct, vous serez probablement plus apprécié par votre interlocuteur qui comprendra ce que vous voulez et surtout qui pourra se sentir compris également. Cela vous évitera également, à vous, bien des frustrations de ne pas avoir été compris et possiblement que la prochaine fois que vous verrez cette personne, vous vous sentirez mois agacé par celle-ci du fait qu'elle ne vous comprend pas.

3) Comment amorcer la conversation

La plupart des personnes qui ont des difficultés langagières sont au courant de leurs difficultés et trouvent cela embarrassant (comme je l'ai dit plus tôt, ils ne sont pas « simplets »). Ils n'aiment pas forcément parler à des personnes qu'ils connaissent peu ou pas de peur d'être jugé, ce qui est totalement compréhensible. 

Un de mes rôles en tant qu'orthophoniste est de les encourager à parler et à échanger avec des gens qu'ils connaissent moins (p.ex. poser une question au serveur du restaurant, remercier la caissière, demander ses directions, etc.).

Ainsi, il arrive que la personne tente d'établir un lien avec vous, d'amorcer la conversation, mais qu'elle ne sait juste pas comment s'y prendre et qu'elle n'arrive pas à trouver les mots justes ou la bonne formulation de phrase. Si vous voyez que ce que votre interlocuteur vous dit n'est pas clair ou n'est pas totalement en lien avec le contexte, n'hésitez pas à lui demander des précisions courtes et précises. Je vous le garantis, il vous en sera reconnaissant. 

4) Ne pas savoir quoi dire, mais devoir parler (quand on sait qu'on a des difficultés)

Il se peut que vous ayez parfois l'impression d'être le seul à alimenter la conversation et à poser des questions pour lesquelles vous n'aurez que des réponses très brèves. Certains trouvent ça lourd et rapportent parfois avoir l'impression de faire un monologue. Sachez que si ça vous arrive, ce n'est pas par manque d'intérêt de la part de votre interlocuteur, mais plutôt par manque d'habiletés (bon on s'entend que dans certains cas, c'est possible que ce soit par manque d'intérêt quand même). Il est difficile pour un individu présentant un trouble du langage de formuler clairement sa pensée.

Pour aider votre locuteur à élaborer un peu et à s'impliquer davantage dans la conversation, c'est de lui poser des questions ouvertes, i.e. des questions auxquelles il ne peut répondre par oui ou non (p.ex. Pourquoi as-tu aimé cette activité?). Vous pouvez également lui offrir des choix de réponse et lui laissez le temps de réfléchir à son idée et de mettre en place sa structure. N'essayez pas de lui mettre des mots dans la bouche. Ce n'est jamais agréable pour personne.

En somme, lorsque vous rencontrerez une personne que vous connaissez peu et avec qui vous avez l'impression d'avoir une discussion « qui accroche », avant de vous sentir fâché ou énervé, prenez un instant pour valider la clarté de votre message. Peut-être êtes-vous trop subtil. Il est possible de faire passer clairement son message de façon polie.

Si vous vous reconnaissez ou reconnaissez un proche à travers ces lignes, parfois, une simple petite consultation pour travailler les principes d'une conversation suffit. Vous pouvez me contacter et je vous dirai ce qu'on peut faire ensemble.