Comment les cartes mentales peuvent aider à mieux organiser sa pensée

mindmap-carte-mentale

Dans la vie, j’ai toujours été une personne très séquentielle et linéaire. Je me rappelle, durant mes études, quand je révisais ma matière, je me faisais des listes. C’était pour moi la meilleure façon de retenir l’information. Voilà pourquoi j’ai toujours eu plus de facilité à apprendre en lisant des livres, car l’information y est présentée de la façon dont je la retiens. 

Toutefois, depuis que je suis orthophoniste, j’ai constaté que, pour la plupart de mes clients, c’est tout l’inverse. Leur cerveau ne fonctionne pas du tout comme le mien et pour eux, il n’y a rien de plus difficile à comprendre que de l’information présentée à l’écrit sous forme de liste.

C’est pour cette raison que, depuis quelque temps, je me suis intéressée aux cartes mentales (aussi appelées cartes conceptuelles) pour les intégrer dans ma pratique comme un super outil afin d’aider mes jeunes clients à mieux comprendre ce qu’ils apprennent et à mieux organiser leur pensée pour ensuite la mettre sur papier.  

J’ai donc pensé vous rédiger un billet de blogue dans lequel je vous explique davantage en quoi consistent les cartes mentales et comment on peut les utiliser.

C’est quoi au juste une carte mentale ?

Une carte mentale est en fait une façon de représenter graphiquement des concepts en les organisant autour d’un thème (ou d’une idée) central. Elle permet de préciser les relations entre les différents éléments qui découlent du thème central et de les hiérarchiser.

Si vous faites des recherches sur Internet, vous verrez qu’une carte mentale est aussi appelée carte conceptuelle, schéma de concepts ou réseau sémantique. Bien que les termes varient d’une plateforme à l’autre, le principe de base demeure le même.

mindmeister-carte-mentale-mindmap

Pourquoi utiliser une carte mentale ?

Il y a autant de façons d’utiliser une carte mentale qu’il y a d’individus et de façons d’organiser l’information. P.ex. vous pourriez utiliser une carte mentale pour organiser la répartition des tâches ménagères dans la maison. Bref, on peut facilement leur trouver une utilité dans tous les contextes.

Toutefois, la plupart du temps, quand je présente à mes jeunes clients la carte mentale, c’est pour l’utiliser dans des contextes précis :

Illustrer des liens entre les connaissances qu’ils acquièrent sur une matière à l’étude et des connaissances antérieures (donc qu’ils ont déjà) afin que l’information fasse plus de sens et soit plus facilement comprise et retenue. C’est d’ailleurs le principe même des inférences (souvent difficiles chez les jeunes ayant des difficultés langagières) qui consistent à faire des liens entre l’information lue/entendue et les connaissances qu’on possède déjà pour arriver à la bonne réponse.

Organiser les informations à l’étude : je ne vous apprends rien en vous disant que, lorsqu’on étudie, le premier réflexe qu’on a est de relire les notes du cours ou encore les chapitres à l’étude dans le manuel scolaire. Toutefois, cette information est souvent répétée différemment d’un endroit à l’autre et présentée de façon linéaire. Pour les jeunes présentant des difficultés de langage, cela représente un double défi, car ils doivent regrouper les informations qui vont ensemble et apprendre en suivant une structure linéaire qui ne leur convient pas forcément. La compréhension et l’intégration de la matière est donc difficile. En utilisant la carte conceptuelle, on reprend toutes ces informations et on essaie de les organiser d’une façon qui fait du sens tout en ajoutant un aspect visuel qui est souvent très important pour compenser les difficultés langagières.

Planifier/organiser la structure d’un texte/travail à produire : souvent, à l’école, lorsqu’on doit faire un travail ou rédiger un texte, on doit suivre un plan bien précis. Ce plan est généralement présenté sous forme linéaire. Autrement dit, on doit inscrire les idées une à la suite de l’autre. C’est souvent très difficile pour un jeune ayant des difficultés langagières d’élaborer son discours sous cette forme. D’ailleurs, LA phrase que j’entends le plus souvent quand on suit ce genre de plan est « Mais je ne sais pas quoi écrire/dire… ». Quand on procède avec une carte mentale, on peut commencer où on veut et on ajoute ce qu’il manque par la suite. Ainsi, c’est souvent plus facile pour les jeunes d’amorcer leur texte, car on sort de la structure pour partir de leur raisonnement.

Valider la compréhension d’un jeune par rapport à un sujet : quand je laisse mes jeunes clients faire eux-mêmes leur carte mentale, ça m’ouvre la porte sur tout un pan de leur raisonnement. Je peux « voir » comment ils ont compris et intégré une information et les différents liens qu’ils font. Ainsi, si cela est erroné, je peux rapidement, et visuellement, les corriger et en discuter avec eux.

Les différents types de cartes mentales

Comme je l’ai dit plus haut, une carte mentale peut être illustrée de différentes façons. Toutefois, il existe aussi différents médiums pour la faire. On peut toujours la faire avec les bons vieux papier et crayons ou encore sur un mur ou une affiche avec des post-it. Sinon, il existe plusieurs logiciels payants et gratuits sur Internet. Il suffit de déterminer avec quel médium on est le plus à l’aise. Le but est de se simplifier la vie et non de la compliquer. 

Chaque médium comporte ses avantages et ses inconvénients. Par exemple, avec une carte dessinée à la main, vous pouvez laisser libre cours à votre créativité et inventer des symboles que vous comprenez. C’est souvent aussi plus facile de voir le résultat dans son ensemble sur papier. Par contre, il est plus difficile de la modifier et on est limité par l’espace que nous offre la feuille.

À l’inverse, les cartes mentales faites à partir de logiciels permettent plus de souplesse si on veut manipuler l’information au fur et à mesure qu’on la développe. On peut davantage déplacer les liens, ce qui permet de réfléchir à leur organisation et de voir ce qui fonctionne le mieux. Cependant, les logiciels étant des logiciels, on est souvent limités par leurs fonctionnalités qui peuvent ne pas nous convenir.

À cet effet, vous trouverez ici une liste des différents logiciels en ligne (payants comme gratuits) pour faire des cartes mentales. Je vous suggère de les explorer afin de voir lequel vous convient le mieux. Personnellement, j’aime beaucoup MindMeister  (qui offre une version gratuite et payante).

L’avantage des cartes mentales pour les jeunes avec difficultés langagières

Il n’est pas rare de voir un jeune présentant des difficultés langagières ou d’apprentissage avoir de la difficulté à élaborer et à organiser ses idées. Plusieurs de ces jeunes ont d’ailleurs un mode de pensée plus « nuagique », i.e. qu’ils voient le sujet dans son ensemble et qu’il est difficile pour eux de le décortiquer et de voir quelle étape vient en premier.

Leur demander de « commencer par le commencement » est souvent un très gros défi pour eux. La carte mentale est un outil qui leur permet justement d’avoir une vision détaillée et globale du sujet traité. Quand je leur explique, j’aime leur dire que c’est un peu comme si on prenait une photo de ce qu’ils voient dans leur tête et qu’on la mettait sur le papier pour que moi je puisse comprendre et mieux les aider.

 Les cartes mentales étant propres à chacune, elles permettent aussi aux jeunes d’avoir un certain pouvoir sur leurs apprentissages. En effet, quand nous travaillons ce concept, après que j’aie expliqué ce que c’est aux jeunes, je les laisse explorer le médium et organiser l’information comme eux la perçoivent. Ça leur permet de retrouver une certaine autonomie. Ils sont fiers de pouvoir ensuite m’expliquer ce qu’ils ont fait. C’est une excellente façon aussi pour moi de pouvoir leur compréhension et de les questionner.

 

Bref, j’adore travailler avec les cartes mentales, car elles m’ouvrent, de façon visuelle, sur la compréhension qu’un jeune se fait d’un problème, d’une situation ou d’un travail à faire.