Connaissez-vous l'effet du « Je ne sais pas » ?

Cover blogue.png

Je ne sais pas pour vous, mais moi quand on me pose une question vague, c'est très rare que j'enchaîne avec une réponse super élaborée. Disons que je reste en surface. Vous savez la fameuse question « comment ça va ». Non mais connaissez-vous une question plus vague que ça ? Que répondez-vous quand on vous la pose ? Moi j'y vais pour le classique : « Bien ». Et ça s'arrête pas mal là... En fait, je n'ai jamais vraiment élaboré en détails sur ma vie avec ce genre de question. Je suppose que certains d'entre vous se reconnaitront dans ma réaction. On dirait même que c'est une norme. Si je demande à quelqu'un comment il va, je ne m'attends pas du tout à ce qu'il commence à déblatérer sur sa vie. C'est plutôt une sorte de marque de politesse qu'une vraie question on dirait.

C'est d'ailleurs une remarque que j'ai souvent venant des parents de mes clients ados (et même que je constate chez les parents d'ados en général). Plusieurs se plaignent qu'il est difficile, voire impossible d'entretenir une conversation avec leur adolescent. Ils ont l'impression de jouer les enquêteurs et de n'avoir que des réponses par monosyllabes du genre « ouin », « mmm », « non »... Bref, disons que la conversation ne tient pas vraiment du dialogue. 

À question vague, réponse vague

Lorsque des parents me font part de ce genre de remarque, la première chose que je leur demande est quel genre de question posent-ils à leur ado. De manière générale, ils me répondent qu'ils lui demandent comment ça s'est passé à l'école, comment a été sa journée, qu'est-ce qu'il a fait de spécial, etc. Ensuite, nous faisons une analyse de ces questions pour voir quel est le problème.

Prenons la question « Comment a été ta journée ». Maintenant, inversons les rôles. Admettons que l'on vous pose cette question. Qu'allez-vous être porté à répondre d'emblée : « bien » ou encore « correcte ». Et peut-être même que vous irez parfois d'un vague (et choquant on l'admet) « je sais pas »... Quand on y réfléchit, il n'y a pas vraiment plus à dire que cela. Il est donc normal que votre jeune ne soit pas porté à élaborer sur la question. 

Autrement dit, ce n'est pas forcément parce que votre ado ne veut pas vous parler qu'il se contente de réponses brèves. Si vous êtes tannés d'entendre toujours les mêmes réponses sortir de la bouche de votre ado telle une cassette qui joue sur repeat, peut-être est-ce plutôt parce que vos questions ne permettent pas une réponse plus élaborée.

À question précise, réponse précise

Si vous voulez obtenir des réponses précises de la part de votre jeune, assurez-vous de lui poser des questions précises

Au lieu de lui demander comment a été sa journée, si vous connaissez son horaire, pourquoi ne pas lui demander quels livres il a choisi durant la période de bibliothèque. Ou encore, au lieu de lui demander comment a été son examen de mathématiques, demandez-lui le numéro qu'il a trouvé le plus difficile ou sur une échelle de 1 à 10 à quel point il se sent confiant d'avoir atteint l'objectif qu'il s'était fixé par rapport à sa note. 

Le but est que vous soyez précis dans vos questions pour obtenir la réponse attendue ou encore ouvrir sur une possible discussion plutôt que de vous retrouver à devoir poser beaucoup trop de questions à votre jeune qui finira par s'en lasser. 

Souvent, quand on pose une question précise, on a une réponse claire qui ne demande pas à être justifiée. Cela vous permettra donc d'éviter de poser trop de questions et de passer pour harcelant auprès de votre jeune. Et peut-être même sera-t-il plus enclin à vous partager des détails de son propre gré. Je suis consciente que ce n'est pas toujours facile à faire, car on voudrait s'assurer que tout se passe bien pour son enfant, mais je vous promets que vous ne perdez rien à l'essayer.

ATTENTION! Ce n'est pas parce qu'une réponse est précise qu'elle est forcément longue

C'est important pour moi de faire cette distinction. Une question précise peut solliciter une réponse courte de la part de l'interlocuteur et c'est tout à fait correct. L'important est d'avoir une réponse plus précise que ce qu'on aurait si on posait une question plus « classique ». Tant mieux si la question que vous posez amène votre enfant/ado à élaborer une longue réponse. Par contre, parfois, une réponse de 2 ou 3 mots suffit amplement.

Je suis consciente que c'est souvent difficile de trouver comment poser la bonne question. C'est pourquoi j'ai fait une partie du travail pour vous. Pour une liste de questions et vous donner des idées de questions à poser, je vous ai préparé un document gratuit à télécharger. Dans le même ordre d'idées, j'ai également fait un live sur la stratégie des points de suspension sur ma page Facebook. Cette stratégie consiste à laisser tomber notre rôle de parent-inspecteur pour que le jeune soit moins enclin à se refermer et peut-être même s'ouvrira-t-il de lui-même... 

Et si ça vous dit d'en apprendre plus sur les bonnes questions à poser, j'ai faite une vidéo sur ma chaîne YouTube à ce sujet.

 

Sur ce, je vous souhaite de belles discussions et surtout, des réponses précises.