La vie cachée des enseignant(e)s

enseignant-vie

Je suis enseignante depuis maintenant 10 ans. Je suis passionnée de ma carrière. Malgré cela, je me sens parfois dépassée par la charge de travail qui m’est imposée et les hautes attentes de la société. Puisque la réalité des enseignants est parfois mal comprise dans la population générale, je vous invite à la découvrir avec moi.

LA TÂCHE DES ENSEIGNANTS

La majorité de ma journée est passée avec mes élèves. Quatre jours sur cinq, j’ai une période de préparation de 60 minutes. Cela me donne donc quatre heures par semaine pour accomplir les multiples tâches qui me sont assignées. Il y a les évidents : planifier les leçons, créer des activités pédagogiques, des tâches d’évaluation et corriger. S’ajoute à cela la communication avec les parents, avec les collègues, avec la direction. N’oublions surtout pas les bulletins et les documents légaux rattachés aux difficultés d’apprentissage, la planification de fêtes, de spectacles, de sorties éducatives, la décoration du local, etc.

Vous voyez le portrait que j’essaie de vous peindre? Notre journée est un coup de vent et ces quatre heures de planification par semaine ne sont pas suffisantes pour tout accomplir. L’enseignante se trouve donc souvent à rester quelques heures après la cloche pour finir de mettre de l’ordre dans ses affaires et terminer ce qu’elle a entamé durant la journée. Malgré cela, le sac est souvent très lourd lorsque vient le temps de quitter pour la maison. Elle arrivera tôt le lendemain matin pour installer sa classe, écrire le menu du jour et accueillir ses élèves à la porte avec un sourire. Elle passera ses pauses à discuter avec des élèves ou à préparer la prochaine leçon, se donnant rarement le temps d’aller au petit coin, mangera rapidement en aidant des élèves durant l’heure du dîner, avant de se diriger à l’extérieur pour surveiller durant la récréation. Et durant l’été vous dites? Elle hiberne pour revenir en pleine forme en septembre!

Cette vidéo humoristique représente très bien la journée d’une enseignante : 
 

RÉPONDRE AUX BESOINS DES ÉLÈVES

Parlons maintenant de nos élèves. Ils sont au premier plan de notre travail. Nous voulons qu’ils se sentent bien, heureux et confiants dans notre classe. On veut assurer la réussite de chacun. Bien qu’ils nous arrivent tous avec un bagage différent, nous travaillons avec acharnement à les aider tous et chacun.

J’ai déjà lu une citation où on comparait un enseignant à un médecin. Elle disait qu’être enseignant c’est comme être un médecin, s’il avait à soigner 25 patients, avec leurs bobos différents, tous en même temps. La comparaison est en plein dans le mile. 

Dans ma réalité d’enseignante à l’intermédiaire (secondaire 1 et 2), je vois mes élèves de une à deux heures par jour… en même temps que 24 autres élèves. Je fais mon possible pour circuler, répondre aux questions et offrir une atmosphère de bienveillance, mais des fois ce n’est pas assez. Si le clonage humain était possible et permis, je rencontrerais chaque élève individuellement pour lui enseigner la matière d’une façon qui reflète exactement son style d’apprentissage. Mais ce portrait est utopique. Je fais ce que je peux, dans le temps qui m’est donné. J’essaie de maximiser mon efficacité avec les ressources à ma disposition.

ASSURER LA RÉUSSITE DE SON ENFANT

Cette histoire n’est pas triste, je vous assure. Chers parents, que faire pour vous assurer que votre enfant reçoive l’attention et les ressources qui répondront à ses besoins? Voici trois conseils pour vous guider.

1- Communiquer avec l’enseignant dès le début de l’année : Si votre enfant a des difficultés d’apprentissage, un trouble du comportement ou un bagage particulier, parlez-en avec l’enseignante. Elle vous sera reconnaissante puisqu’elle n’aura pas eu la chance de lire tous les dossiers scolaires de ses élèves (surtout si elle en a au delà de 75!). Ce travail prend des semaines. En discutant avec l’école tôt dans l’année, vous êtes en mesure de mettre en place des stratégies qui aideront votre enfant.

2- Informez-vous du progrès scolaire de votre enfant : Posez des questions à votre enfant, demandez de voir ses évaluations, posez des questions lorsque vous ne comprenez pas le devoir ou la tâche à accomplir. Vous serez en mesure de mieux accompagner votre enfant et de voir s’il a besoin d’aide supplémentaire.

3- Demandez de l’aide supplémentaire : Mes élèves passent cinq heures dans le cours de français par semaine. Pour un enfant qui a des difficultés langagière, ce n’est pas suffisant. L’enfant doit souvent avoir du support à l’extérieur de l’école (lecture avec le parent, service de tutorat, service d’une orthophoniste, etc.). Si vous soupçonnez que votre enfant souffre de difficultés plus prononcées, demandez de l’aide de professionnels. Un enfant qui est officiellement évalué pourra bénéficier d’un plan individualisé d’enseignement et donc de ressources supplémentaires (temps supplémentaire, attentes modifiées, ordinateur, éducatrice, etc.). L’école peut vous guider avec toutes ces démarches. 

Pour tout dire, l’enseignante a de très bonnes intentions et fait son possible pour amener chaque élève à réussir. Elle veut le motiver à apprendre, lui faire vivre des expériences enrichissantes et le préparer pour le monde qui l’attend à l’extérieur des murs de l’école. C’est en collaborant avec ses collègues et en travaillant main dans la main avec les parents, qu’elle est en mesure de maximiser son temps et ses ressources. Dans le fond, une enseignante, c’est presqu’une super-héroïne!

Elise Goulet-Pedersen

Marie-Philippe enseigne le français et les sciences sociales dans une école secondaire de langue française à Ottawa, en Ontario, depuis maintenant 10 ans. Elle se spécialise en lecture et en approche culturelle de l’enseignement. Elle aime partager sa passion pour apprendre et son amour pour la francophonie ontarienne, canadienne et mondiale avec les adolescents à qui elle enseigne. Elle est une maman, une épouse et une fière Franco-ontarienne qui aime passer du temps en famille, lire, écouter la télévision et bloguer. Elle est d'ailleurs derrière le blogue Le fabuleux destin d'une enseignante.