Réinventer la tour Jenga

tour-jenga

Qui ne connait pas le fameux jeu de tour en bois Jenga. Ce jeu tout ce qu’il y a de plus classique qui consiste à, chacun son tour, retirer un bloc de la tour puis le placer sur le dessus sans faire tomber la tour. Ce jeu, qui a vu le jour dans les années 80, a connu plusieurs variantes depuis : throw n’go, Truth or dare, Jenga XTreme, Jenga XXL, et j’en oublie probablement plusieurs…

Avant d’être orthophoniste, j’avais complètement relégué aux oubliettes ce jeu qui avait pourtant marqué mes soirées d’adolescente entre amies. Toutefois, depuis les deux dernières années, Jenga fait pratiquement partie intégrante de mon quotidien en thérapie avec les jeunes, surtout les jeunes d’âge scolaire. C’est un jeu que j’adore particulièrement parce qu’il s’adapte à tous les contextes et aussi parce que les règles sont IN-FI-NIES donc il m’arrive souvent de l’utiliser plus d’une fois avec le même enfant et jamais on ne s’en tanne! Bref, une dépense qui en vaut l’investissement.

MON CONCEPT DU JEU… (PARCE QUE MOI LES RÈGLES, JE LES CHANGE TOUJOURS UN PEU)

Jenga est généralement un jeu qui s’adresse aux 6 ans et plus donc je le trouve parfait pour les jeunes d’âge scolaire qui aiment les défis. Parce qu’on s’entend, apprendre c’est cool, mais c’est encore mieux quand on peut y ajouter une petite touche de « challenge ». Pour ma part, j’aime particulièrement le Jenga Throw N’Goqui comporte différentes couleurs. J’aime beaucoup l’utiliser et associer une couleur à une question X, une autre à une question Y et la troisième à un point bonus par exemple. Ainsi, si l’enfant roule le dé et tombe sur une couleur, il doit répondre correctement à la question pour avoir le droit de retirer le bloc. J’ai aussi le Jenga classique que j’ai verni pour pouvoir écrire à ma guise sur les blocs avec des crayons effaçables à sec et ainsi m’ouvrir sur un monde de possibilités d’apprentissages par le jeu.

Ce qu’il est important de savoir quand on utilise des jeux classiques, c’est qu’à partir du moment où on tient mordicus à respecter les règles établies, l’intérêt pour le jeu diminue assez vite merci! Du moins c’est mon cas à moi (et aux jeunes avec qui je travaille également). Vous comprendrez donc bien vite que je ne joue à peu près jamais selon les règles classiques. Je préfère adapter le jeu selon les capacités de l’enfant avec qui je l’utilise pour qu’on en retire le maximum de plaisir et ainsi rendre l’apprentissage encore plus puissant. Par exemple, au lieu de remettre le morceau sur le dessus de la tour, comme il se devrait, on fait un concours de celui qui accumule le plus de blocs avant que la tour ne s’écroule. Vous pourriez vous amuser à enlever chacun un bloc en même temps, à ne jouer qu’à une main, etc. Bref, les règles ce sont vous qui les créez et pourquoi pas les créer avec votre enfant. Vous allez travailler son discours explicatif du même coup, car il devra vous expliquer les règles qu’il a choisi d’établir.

UNE TOUR DE VARIANTES POSSIBLES…

Si vous avez le jeu Jenga à la maison (ou si je vous ai convaincu de vous le procurer), je vous propose une liste de variantes possibles que vous pouvez faire avec votre jeune pour travailler les leçons et devoirs tout en vous amusant!

Avec le Jenga Throw N’Go…

  • Vous pourriez assigner une couleur à épeler le mot et l’autre couleur à l’écrire par exemple. La troisième couleur pourrait être de faire épeler le mot à l’adversaire. Si l’enfant épelle ou écrit correctement le mot, alors il garde le bloc (point).
  • Toujours en assignant une couleur, pour travailler l’élaboration du vocabulaire, vous pourriez utiliser une couleur pour donner un synonyme d’un mot X, l’autre couleur pour donner un antonyme et la troisième couleur pour faire une phrase avec le mot en question.
  • On peut aussi utiliser ce jeu pour travailler les conjugaisons en assignant un temps de verbe à une couleur. On réussit, on garde le point. On échoue, l’autre a un droit de réplique et donc une chance de « voler » notre point.
  • Votre enfant a plus de difficulté avec ses calculs? Pourquoi ne pas en profiter également : couleur A = addition, couleur B = soustraction, couleur C = tu lances une addition ou soustraction à l’adversaire.


Avec le Jenga classique…

  • Vous pouvez en profiter pour réviser des concepts de science par exemple en les écrivant sur des blocs et lorsqu’on pige un bloc pour pouvoir le garder, on doit expliquer ce que signifie ce mot/concept (ça se prête bien aussi pour travailler les fameuses dates à retenir en histoire).
  • À l’inverse, vous pouvez aussi ajouter des blocs où vous inscrivez une définition et cette fois-ci, l’enfant doit nommer le concept associé.
  • Pour les mathématiques, c’est sensiblement la même chose. Inscrivez différents calculs mentaux que l’enfant doit apprendre en leçon sur les blocs. Pour garder un bloc, il faut pouvoir donner la bonne réponse.

(Petite note : si vous inscrivez sur les blocs, je vous conseille de les placer face cachée lorsque vous montez la tour. De cette façon, l’enfant ne saura pas sur quelle question il tombera et n’aura pas l’occasion de la choisir d’avance).

Bref, de belles idées de jeu à adapter avec un seul jeu pour vous amuser (et apprendre) pendant un petit moment!


Bon Jenga!