eurêka

Petit éloge du dictionnaire Eurêka

petit-eloge-du-dictionnaire-eureka

Une question qu’on me pose souvent outre les demandes pour des suggestions de jeux est la demande en lien avec le dictionnaire.

Lorsque les jeunes commencent l’école, les parents aiment les outiller correctement, ce qui est tout à fait compréhensible. On me demande souvent quel dictionnaire acheter à un jeune présentant des difficultés et qui débute le primaire.

À cette question, je donne toujours la même réponse : Le dictionnaire Eurêka!

Laissez-moi vous expliquer pourquoi je ne jure que par ce dictionnaire.

Spécifique à l’orthographe

Contrairement à la plupart (voire tous) des dictionnaires qu’on trouve sur le marché, le dictionnaire Eurêka n’a pas pour objectif de fournir une définition ou une explication par rapport à un terme. D’ailleurs, on n’y trouve aucune définition.

Ce dictionnaire permet principalement et seulement de trouver l’orthographe correcte des mots, et ce, à partir des sons entendus dans le mot recherché. Les auteurs ont d’ailleurs ajouté des sections présentant des règles utiles pour simplifier l’apprentissage de l’orthographe.

Le fait que le dictionnaire Eurêka ne cible que l’orthographe des mots favorise l’apprentissage de l’écrit notamment chez les jeunes présentant des difficultés. En effet, ceux-ci ont accès directement à l’information recherchée, ce qui permet d’éviter la surcharge cognitive associée à une quantité trop élevée d’informations à traiter et à manipuler.

Parfait pour travailler les habiletés métalinguistiques tout en développant son lexique orthographique

J’ai mentionné ci-dessus qu’on trouve le mot recherché à partir des sons qui le composent. Oui oui! Il s’agit du seul dictionnaire (à ma connaissance), dont la structure de recherche repose sur le principe de la conscience phonologique.  

L’orthophoniste en moi dansait littéralement de joie lorsque j’ai découvert le merveilleux principe de ce dictionnaire. La plupart des jeunes présentant des difficultés en lecture et en écriture (sur le plan de l’orthographe) ont des fragilités sur le plan des habiletés métalinguistiques.

En effet, pour trouver l’orthographe d’un mot, il faut d’abord le décortiquer en sons. Cela représente donc une merveilleuse occasion de travailler la syllabation, puis la segmentation d’un mot en sons. Cela permet également de bien accompagner l’enfant s’il fait une erreur dans son processus de segmentation et omet des sons par exemple.

Facile d’utilisation pour les enfants

Un autre des aspects que j’adore avec ce dictionnaire, c’est qu’il est si simple d’utilisation, que les jeunes deviennent rapidement autonomes dans leurs recherches. Cela en fait donc un outil parfait à consulter par le jeune, et ce, même s’il n’est pas accompagné d’un adulte pour le guider.

Évidemment, comme pour n’importe quel outil, cela demande tout de même un temps d’adaptation et de pratique encadré par l’adulte. Toutefois, de manière générale, je dirais que les jeunes intègrent rapidement le principe et ce n’est pas long qu’ils n’ont plus besoin de notre support.

D’ailleurs, puisque le dictionnaire Eurêka ne contienne que l’orthographe sans définitions, il n’est guère plus épais qu’un petit manuel scolaire, ce qui fait en sorte qu’il est facile de le trainer partout.

Et pour les définitions, il y a toujours Google…

Si vous cherchez tout de même un dictionnaire qui propose des définitions pour votre enfant, je vous partage le truc que j’utilise le plus en thérapie : Google. 

Je ne dis pas cela parce que je suis contre les dictionnaires classiques. Cependant, souvent pour les jeunes avec des difficultés langagières, le principe de recherche dans un dictionnaire (principe d’ordre alphabétique) ainsi que la façon dont les définitions sont écrites sont trop complexes. Ça c’est sans compter les mots polysémiques, i.e. qui présentent diverses significations selon le contexte.  

Lorsque nous avons besoin de trouver ce que signifie un mot, j’invite toujours mes jeunes à faire une recherche sur Google, et ce, pour plusieurs raisons : 

  1. Les jeunes aiment la technologie et cela fait souvent changement quand je leur permets de travailler sur l’ordinateur. C’est d’ailleurs plus motivant pour eux.

  2. La charge cognitive associée à la recherche sur l’ordinateur est moins élevée : on écrit le mot et on fouille selon ce qu’on recherche.

  3. On a accès à l’information sous différentes formes : des définitions, des images, des vidéos… Cela fait donc en sorte que si la définition écrite est trop difficile à comprendre, on peut aller soutenir cela avec une vidéo par exemple.

  4. Le jeune apprend, par le fait même, des nouvelles stratégies pour mener sa recherche correctement. Il pourra ensuite les généraliser dans d’autres contextes (p.ex. lorsqu’il fera une recherche d’informations pour un travail scolaire).

 

 

Pour conclure ce petit éloge et mettre la cerise sur le sundae, vous pouvez trouver le dictionnaire Eurêka dans pratiquement toutes les librairies et il est très abordable (autour de 25-30$ tout dépendant de l’exemplaire que vous achetez). Personnellement, je vous conseille d’opter pour le Grand dictionnaire Eurêka qui contient plus de mots et qui coûte à peine plus cher que le dictionnaire Eurêka.