jeu

Comment j'ai utilisé un jeu « ben simple » pour en faire un jeu éducatif

rhino-hero-scolart

Cet article a été écrit dans le cadre d’une collaboration avec Scolart, un magasin offrant des outils de qualité pour aider les jeunes à apprendre et à créer dans le plaisir.

Vous avez peut-être vu, sur mes réseaux sociaux, que j’ai débuté une nouvelle collaboration avec Scolart, un magasin de matériel et de jeux éducatifs dans la région de Québec (mais vous pouvez aussi commander en ligne!!!).

 J’ai donc eu la liberté d’aller fouiller dans leur « giga-méga-tellement-variée-et-trop-cool » banque de jeux sur leur site web et je leur ai listé les jeux qui m’interpellaient et que je voulais explorer davantage. Ils ont décidé de me lancer tout un défi en m’envoyant le jeu Rhino-Héro et, avec celui-ci, un petit mot disant : « On est vraiment curieux de voir comment tu adapteras le jeu pour l’orthophonie… »

Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que je suis toujours partante pour relever un défi… Toujours. Alors ça n’a pas pris 2 minutes que, dès que j’ai eu le jeu en main, je me suis mise à l’explorer et j’ai eu 3 000 idées.

Voici donc une courte liste des adaptations du jeu qui ont été testées et approuvées par les meilleurs cobayes qui soit : mes clients!


Comment fonctionne le jeu ?

À la base, Rhino Héro est un jeu de « construction » (je ne sais pas si c’est le bon terme) qui, je trouve, est un beau mélange entre le Uno, les châteaux de carte et Jenga (trois jeux SUPER populaires avec mes jeunes)… Bref, un beau défi amusant!

Le but du jeu est d’être le premier à se débarrasser de toutes ses cartes en construisant la tour, et ce, sans la faire tomber. Cela demande donc d’user de logique, mais également de ne pas être trop empressé et de prendre son temps, car plus la tour est haute, plus elle est fragile…

Si, comme moi, vous êtes visuel et que ça vous dit de VOIR comment fonctionne le jeu, vous pouvez vous rendre sur mon compte Instagram dans les stories à la une.


Adaptation 1 : pour travailler l’orthographe et autres notions

Avec plusieurs de mes clients, je travaille la syllabation et la segmentation des mots en sons comme prérequis pour l’écriture notamment. J’ai donc combiné le plaisir qu’ils ont à jouer à Rhino Héro avec cette tâche qu’ils aiment moyennement.

Pour ce faire, j’ai tout simplement collé des « post-it » (un peu plus petits que les cartes) à l’intérieur de certaines cartes. Sur ces post-it, j’y avais inscrit mes mots cibles. Ainsi, quand on arrivait pour mettre un mur afin d’élever la tour, il fallait d’abord syllaber ou séparer en sons le mot inscrit sur la carte pour pouvoir mettre cette carte. Sinon, c’était droit de réplique à l’adversaire qui pouvait mettre le mur… à condition d’avoir la bonne réponse.

Afin de ne pas tanner mes jeunes, j’ai pris soin de mettre des post-it sur la moitié des cartes seulement.

J’ai testé mon idée avec 4 de mes clients (garçons et filles) et ça a été gagnant à tout coup. Avec les plus vieux (environ 8 ans et plus), la présence d’un défi qu’ils savent pouvoir relever est un élément de motivation clé pour l’apprentissage. Rhino Héro me permettait donc d’ajouter cette touche de défi que mes jeunes aiment tant. À mon plus grand bonheur, tous ceux avec qui j’ai testé cette adaptation m’en ont redemandé! 

Je peux donc vous confirmer que, bien que fort simple, cette adaptation est SUPER EFFICACE et amusante! Si vous voulez reprendre mon idée à la maison, cette façon de jouer est un bon truc pour étudier les mots de vocabulaire, les calculs mentaux ou encore une matière en particulier tout en ayant du plaisir.

post-it-adaptation


Adaptation 2 : pour pimenter l’apprentissage

J’ai mentionné plus haut qu’à l’âge scolaire, la plupart des jeunes aiment les défis, surtout ceux qu’ils savent pouvoir relever. Rhino Héro représente exactement le bon niveau de défi pour eux.

Je m’en suis servi comme jeu pour guider notre activité d’apprentissage. Autrement dit, au lieu de piger des cartes qui indiquaient à l’adversaire quoi faire, j’associais une bonne réponse à une action. Par exemple, dans un cas où je travaillais la compréhension du concept de condition « si… alors… », la réponse donnée indiquait ce que l’adversaire devait faire : passer son tour, mettre deux cartes, déplacer le rhino, etc.

Évidemment, je m’étais arrangée pour que les réponses les plus difficiles soient les plus « payantes » (lire ici, que l’autre doit passer son tour ou qu’on peut mettre deux cartes), ce qui rendait l’activité doublement motivante.

Le fait d’ajouter un défi du genre et de donner un certain « pouvoir » au jeune sur l’activité rend l’apprentissage beaucoup plus intéressant et ce dernier est d’autant plus impliqué, ce qui facilite la rétention.



Adaptation 3 : en simple renforcement

On sous-estime trop souvent, à mon avis, le pouvoir des jeux de renforcement dans l’apprentissage chez les plus vieux (2ème cycle du primaire en montant). Dans mon cas, mes meilleures thérapies sont souvent celles où les jeux que j’ai utilisés n’étaient là qu’en renforcement, sans forcément être intégrés à l’activité d’apprentissage même.  

Rhino Héro est ce parfait jeu de renforcement pour les plus vieux en présentant un bon défi et en étant suffisamment ludique pour permettre de petites pauses de récupération entre deux apprentissages qui peuvent être plus difficiles.

Pour ma part, je m’en sers souvent entre deux séries d’activités plus structurées et exigeantes sur le plan cognitif pour simplement se changer les idées et s’amuser. Le jeu étant amusant pour les jeunes, c’est d’autant plus motivant pour eux de terminer un bloc d’apprentissages afin de pouvoir y jouer.


tour-defi-renforcement

 

En conclusion, la beauté des jeux les plus simples est leur grande versatilité… Autrement dit, on en a VRAIMENT plus pour notre argent quand il s’agit de l’utiliser à différentes sauces. Ici, je vous ai proposé trois façons d’adapter le jeu Rhino Héro pour le combiner aux apprentissages de votre enfant, mais les possibilités sont aussi variées qu’il y a de contextes d’apprentissages et d’apprenants.

Si jamais vous vous procurez ce jeu, écrivez-moi comment vous l’avez adapté pour le combiner aux apprentissages de vos enfants.

Avez-vous déjà pensÉ utiliser le coin-coin pour apprendre?

Cover blogue.jpg

Je suis ce genre d'orthophoniste qui cherche toujours l'aspect pratico-pratique dans le théorique. J'ai besoin de comprendre à quoi sert un concept, mais j'ai surtout besoin de comprendre comment il pourrait servir à mes clients au quotidien. Je trouve que l'impact est beaucoup plus puissant quand les jeunes réalisent que non seulement X concept fait du sens, mais aussi qu'il leur est vraiment utile au quotidien.

Dernièrement, il m'est arrivé plus souvent qu'autrement d'arriver en rencontre et de changer totalement mes plans pour partir de ce dont mon client me parlait et j'ai vu la puissance de cette action. Ces thérapies « improvisées » se sont d'ailleurs avérées être nos préférées à moi et à mes clients, car je suis vraiment leurs intérêts à ce moment et ils peuvent comprendre plus aisément en quoi toutes les stratégies qu'on travaille ensemble ne sont pas « que du vent ».

L'autre jour, j'étais en rencontre avec un client à distance. Dès les premières minutes, il était tout fier de me montrer qu'il savait maintenant faire un « coin-coin » (ou cocotte pour les Français) en origami. Il en avait une collection d'ailleurs. Ça m'a donc tout de suite donné une idée. J'ai laissé tomber mon « planning » de la rencontre et ai proposé à mon client de faire un coin-coin spécial orthophonie. Il était tellement enthousiaste à l'idée de faire un autre coin-coin qu'il s'est empressé d'embarquer dans l'activité. 

Fabrication du coin-coin :

1) Ciblez des règles ou des concepts que vous voulez travailler avec l'enfant. Ici, j'avais ciblé des règles orthophoniques qu'on avait travaillées précédemment et que je voulais consolider.

2) Une fois que vous avez ciblé ces règles/concepts, inscrivez-les à l'intérieur du coin-coin. Ce sera la question finale à poser. Demandez à l'enfant de vous donner la réponse à inscrire juste dessous (de mon côté, j'ai laissé mon jeune faire son propre coin-coin et j'ai fait le mien en parallèle. Je vous explique plus loin pourquoi j'aime cette option d'avoir chacun son coin-coin).

3) Sur la face pliée à l'intérieur, choisissez des mots de vocabulaire qui sont reliés aux règles inscrites. En les écrivant, cela permettra à l'enfant d'appliquer les règles que vous venez juste de réviser. 

coincoin-orthophonie

4) Sur les faces extérieures, vous pouvez écrire d'autres mots si ça vous dit. Pour ma part, j'ai écrit la phrase : « Donne-moi un mot à épeler ». Cela laisse à l'autre joueur le plein choix du mot que l'autre pourra épeler (ce qui est génial si on veut en profiter pour faire travailler les mots de vocabulaire de la semaine... Je dis ça juste comme ça).

coincoin-exterieur-mot-epeler

Et voilà, votre coin-coin est maintenant prêt à être utilisé! 

Pour jouer :

Il y a, selon moi, autant de façon de jouer avec le coin-coin qu'il y a de sortes de coin-coins à faire. Ici, j'ai décidé d'utiliser le coin-coin pour qu'on puisse vraiment travailler les règles qu'il contenait. Ainsi, mon jeune devait épeler le mot que je lui donnais (en lien avec une des règles inscrites à l'intérieur), puis ensuite épeler le mot que je choisissais parmi les mots inscrits dans le coin-coin. Finalement, il reprenait un peu le « pouvoir » en me posant la question finale en lien avec une règle et à laquelle je devais répondre.

Comme nous avions chacun notre coin-coin, on pouvait jouer chacun notre tour. J'aime cette idée, ce qui permet d'inverser les rôles et de ne pas toujours avoir à donner le même type de réponse. 

Ici, j'ai utilisé le coin-coin comme moyen de travailler des règles orthographiques vues dans le cadre d'un suivi en orthophonie, mais il y a vraiment une foule de façons de l'utiliser :

  • Pour les mots de vocabulaire qui sont plus difficiles à retenir ;
  • Pour les conjugaisons ;
  • Pour des devinettes ;
  • Pour inventer une histoire ;
  • Pour travailler les calculs mentaux.

Bref, vous pouvez vraiment l'adapter selon les besoins de votre enfant. D'ailleurs, ce que j'aime particulièrement de ce type de jeu, c'est que, bien qu'on n'y jouerait pas une journée de temps, on a toujours bien du plaisir à jouer quelques coups, ce qui fait en sorte que la rétention de l'information est d'autant meilleure. Le jeune prend plaisir à le faire et y est exposé à plusieurs reprises en plus d'avoir un modèle exact que ce soit avec les réponses de l'adulte ou par ce qui est écrit dans son coin-coin.

Sur cette suggestion, je vous souhaite de mots moments d'origami et d'apprentissage par le jeu.