trucs

5 trucs pour orthophoniste en manque d'inspiration

Thumbnail-inspiration.jpg

Qui ici ne s’est jamais retrouvé à 10 minutes de sa prochaine thérapie avec absolument AUCUNE idée de ce qu’il allait faire, et ce, même si la matériathèque est bondée…

Je crois que c’est un sentiment que toute bonne orthophoniste et même tout professionnel travaillant avec les enfants a vécu au moins une fois dans sa pratique.

La créativité a beau être une force de la plupart des orthophonistes que je côtoie, celle-ci n’est malheureusement pas inépuisable et arrive toujours un moment où la boîte à idées est tout simplement vide.

J’ai donc décidé de vous partager mes cinq trucs pour orthophoniste en manque d’inspiration. Ce sont des ressources que j’utilise personnellement régulièrement quand je cherche des nouvelles idées… Parce qu’on n’a jamais assez de nouvelles idées.

Pinterest : une mine d’or d’idées DIY

Quand j’ai un peu de temps pour développer du matériel ou que je suis à la recherche de nouvelles idées à élaborer, j’aime aller faire un tour sur Pinterest. Ce réseau social regorge d’idées et d’inspiration!

Plusieurs orthophonistes y partagent leurs créations et comment elles travaillent divers objectifs en thérapie. On peut même trouver des documents pdf gratuits à imprimer pour nos propres thérapies. Toutefois, la plupart du temps, ces outils sont anglais. Bien que la majorité du matériel et des explications soit en anglais, il est possible d’adapter ou même de reproduire la plupart des idées que vous y trouverez.

En raison du temps d’adaptation et de création que demandent les idées qu’on y retrouve, cela n’est peut-être pas la plateforme idéale si on manque cruellement d’idées à 10 minutes ou moins de notre prochaine thérapie… mais ça peut faire une bonne base pour vous inspirer à partir du matériel que vous avez déjà.

Mon truc : écrivez directement (en anglais pour plus de résultats) l’objet de votre recherche pour des résultats plus précis (p.ex. speech therapy phonologic awareness).

Profiter de la créativité des orthophonistes anglophones sur Instagram

Ce n’est que depuis que je suis orthophoniste que j’ai compris à quel point les fameux #hashtags peuvent être utiles. Si vous êtes sur Instagram, je vous suggère fortement de faire des recherches de # en lien avec l’orthophonie pour y trouver des comptes super intéressants en lien avec l’orthophonie.

Comme avec Pinterest, la plupart des comptes sont en anglais, mais vous pouvez adapter sans trop de difficulté ce qui est présenté. Ce que j’aime particulièrement avec Instagram, c’est que non seulement on peut avoir des idées d’activités à faire tout dépendant des comptes que vous suivez, mais également on peut y trouver des suggestions de jeux et de livres super intéressants.

Pour ma part, j’utilise Instagram de deux façons :

  1. J’aime voir ce que mes collègues orthophonistes ont partagé lorsque je fais le survol de mon fil d’actualité et de mes stories, et ce, même si je n’ai pas de but précis en tête. Ça peut me donner des idées nouvelles que je pourrai essayer avec un jeune.

  2. Faire une recherche spécifique en utilisant les #. Parfois, je cherche des idées précises alors je vais dans l’onglet recherche pour diriger davantage mes recherches. Si je cherche par exemple de l’inspiration pour des activités d’écriture, je pourrais écrire #writingactivity #lecture #écriture #middleschool

Vous aurez deviné que j’utilise beaucoup de # en anglais. En fait, je trouve que cela élargit davantage mes recherches donc est meilleur pour nourrir mon inspiration.

Voici les principaux # que j’utilise pour mes recherches : speechtherapy, orthophonie, logopédie, teaching, teacher, enseigner, enseignement, éducation, apprentissage, langage, language

Poser des questions précises sur les groupes Facebook d’orthophonistes

De plus en plus de groupes d’orthophonistes sont disponibles sur Facebook. Cela peut être le groupe de la cohorte d’orthophonistes avec qui vous avez étudié ou encore des groupes plus spécifiques.

Pour ma part, je fais partie de divers groupes qui rejoignent davantage ma pratique : un groupe d’orthophonistes en pratique privée, une communauté de pratique pour les orthophonistes au secondaire, le groupe de ma cohorte d’orthophonistes, etc.

Il en existe plusieurs diversifiés selon vos besoins. Encore une fois, plusieurs sont en anglais, mais peuvent tout de même être intéressants.

Ces groupes sont particulièrement utiles lorsque vous manquez d’idées ou d’alternatives pour une situation particulière. Parce qu’entendons-nous, même si on adore nos clients, quand ça fait 40 rencontres qu’on a avec eux, on a souvent l’impression d’avoir fait le tour de notre matériathèque.

Les groupes Facebook sont géniaux, car ils permettent d’aller chercher l’expertise d’autres orthophonistes qui ont peut-être déjà été dans votre situation et d’avoir un œil extérieur, ce qui est toujours enrichissant.

Mon truc : ne vous abonnez pas à TOUS les groupes d’orthophonistes que vous trouvez sur Facebook. Vous risquez d’être submergée par toutes les notifications et ne plus les remarquer. Sélectionnez les groupes qui rejoignent le plus vos champs de pratique et où vous seriez le plus à l’aise de publier quelque chose si vous aviez besoin d’avis extérieur. Une fois ces groupes choisis, je vous suggère d’activer les notifications pour ceux-ci. Cela vous permettra de bénéficier des questionnements et réflexions des autres à l’occasion.

Prévoir des rencontres d’échange avec les orthophonistes de votre entourage

Ce qu’on appelle, dans notre jargon, des communautés de pratique est relativement courant pour les orthophonistes qui travaillent dans le secteur public. Ce n’est pas la même réalité quand on travaille au privé. Plusieurs orthophonistes travaillent seules dans leur clinique, ce qui fait en sorte qu’elles n’ont pas l’occasion d’échanger avec des collègues aussi souvent qu’elles le voudraient.

J’ai la chance de travailler avec une équipe de quatre orthophonistes. Toutefois, nous ne travaillons pas toutes avec la même clientèle, ce qui fait en sorte que, pour des questions plus précises, nous ne pouvons toujours nous entraider aussi efficacement qu’on le souhaiterait.

Il peut donc être intéressant de regarder autour de vous pour trouver des orthophonistes qui travaillent sensiblement auprès de la même clientèle que vous et de planifier des rencontres d’échanges et de discussion. Celles-ci peuvent être en personne ou à distance si vos collègues ne pratiquent pas dans la même ville que vous.

Mon truc : comme il est facile de dévier du sujet quand on est entre passionnées, vous pourriez prévoir un thème à chaque rencontre et faire un ordre du jour pour que tous les points que chacune aimerait aborder soient discutés.

Faire des semaines thématiques

Si, comme moi, votre clientèle est relativement homogène (je ne vois que des jeunes d’âge scolaire ou des clients en troubles orofaciaux myofonctionnels), vous pourriez sélectionner quelques jeux ou un thème pour une semaine et le décliner de plusieurs façons selon les objectifs que vous voulez travailler avec vos clients. Cela vous évitera d’avoir à vous questionner avant chacun de vos rendez-vous.

Pour ma part, j’ai plusieurs clients avec qui je travaille sensiblement les mêmes objectifs. J’aime donc prendre les mêmes jeux et les adapter selon les besoins et le niveau de mes clients. Par exemple, j’ai fait une semaine thématique Pokémon. Avec certains, on travaillait le discours descriptif en élaborant notre propre Pokémon alors qu’avec d’autres, on travaillait les correspondances graphème-phonème en lisant/écrivant le nom de certains Pokémon. Ainsi, je n’avais qu’un seul matériel décliné de plusieurs façons. Cela demande beaucoup moins d’organisation.

Ces trucs ne sont pas infaillibles et même si vous mettez toutes les chances de votre côté, il se peut que le manque d’inspiration survienne malgré tout. Toutefois, vous aurez au moins quelques outils avec cet article pour y remédier rapidement. Si vous avez des trucs que je n’ai pas mentionnés lorsque vous manquez d’inspiration, je serais bien curieuse de les connaitre… Après tout, toute bonne orthophoniste sait pertinemment que des trucs, on n’en a jamais assez.

Mes meilleurs trucs pour rédiger efficacement et ne pas se sentir envahi(e) par le travail

Cover blogue.jpg

Je ne sais pas pour vous, mais une des tâches dans ma pratique que j’aime le moins, c’est de loin la rédaction de rapports et de notes. J’ai tellement entendu souvent mes collègues me dire sur un ton de découragement et de lassitude qu’elles devaient rédiger une pile de rapports ou encore qu’elles étaient dans la rédaction d’un bilan qui n’en finissait plus de finir…

Pour ma part, même si ce n’est pas non plus ma tâche préférée, je me suis rarement sentie surpassée par cette tâche et j’ai toujours été en mesure de respecter des délais raisonnables pour ma rédaction.

J’ai donc pensé vous dresser une liste de mes meilleurs trucs pour rédiger efficacement et ne pas accumuler trop de travail, car après tout, c’est ça qui mène souvent au sentiment d’épuisement et d’en avoir trop.

1)   Fixez-vous des délais courts et dites-les à votre client

Je ne pense pas vous étonner en vous disant que plus on attend longtemps avant de se plonger dans la rédaction d’un rapport, plus ça nous pèse. Suivant ce principe, pourquoi ne pas vous « en débarrasser » le plus vite possible dans ce cas?

En ce qui me concerne, lorsque je termine mes rencontres d’évaluation, je donne toujours au parent un délai de rédaction de 2 à 3 semaines MAXIMUM selon ma charge de travail du moment.

Ça me force à rédiger le rapport rapidement et ça ne traine pas. En plus, donner un laps de temps court me permet d’avoir toute l’information encore fraîchement en tête, ce qui fait que c’est plus facile pour moi de rédiger.

Les quelques rapports que j’ai étirés beaucoup trop longtemps à mon goût ont été de loin les plus difficiles à écrire. J’avais oublié plusieurs éléments intéressants et cela me demandait un effort supplémentaire pour me rappeler de ce que j’avais fait en évaluation et des particularités de l’enfant.

2)   Faites-vous un gabarit

C’est long à faire, mais ça vaut TELLEMENT la peine. Au début, j’avais tendance à rédiger mes rapports un à un, ce qui faisait en sorte que je me questionnais toujours à chaque section parce que je ne savais plus exactement ce que j’avais écrit dans un rapport précédent.

C’était également difficile pour mes formulations de phrases parce que je devais y réfléchir à nouveau et même si je m’inspirais de mes rapports précédents, c’était toujours plus long.

J’ai donc pris un moment l’automne passé pour me faire un gabarit où j’ai mis TOUTE l’information que je veux retrouver dans mes rapports. Ça m’a pris environ une fin de semaine faire ce gabarit parce que j’ai regroupé plusieurs documents pour le faire. Toutefois, mon temps de rédaction a été diminué du tiers et mes rapports sont maintenant beaucoup plus faciles à rédiger pour moi et à comprendre pour les parents.

3)   Écrivez sans vous poser de questions… et gardez ça simple

Combien de fois j’ai entendu mes collègues se questionner sur un mot ou sur deux façons de formuler une phrase qui veulent dire exactement la même chose. Ce genre de questionnement, ça fait perdre beaucoup de temps pour pas grand-chose en fin de compte. De plus, ça fait perdre le momentum quand on écrit.

Quand j’écris, j’écris tout simplement. Je prends mon gabarit, et je compose des phrases à partir des informations qui s’y trouvent. C’est aussi simple que ça! Jamais je ne m’arrête pour me questionner sur un mot ou sur la tournure d’une phrase.

Si vous vous questionnez sur une structure de phrase ou sur un terme pendant que vous rédigez, plutôt que de vous y arrêtez, soulignez ou surlignez le passage en question. Vous y reviendrez plus tard au moment de vous relire.

Vous trouverez même probablement une meilleure façon de l’écrire à votre relecture parce que vous aurez pris le temps de laisser votre questionnement se déposer.

4)   Bloquez des périodes à votre horaire

La meilleure façon de vous assurer que vous rédigez vos rapports rapidement et efficacement, est de le prévoir à votre horaire.  

J’aime bien prendre un moment le dimanche soir pour planifier la semaine à venir. J’y mets donc, dans mon horaire, les moments où je prévois rédiger. J’ai aussi toujours accès à la liste des rapports à faire comme ça je sais facilement par lequel commencer lorsqu’arrive ma période de rédaction.

Le fait de prévoir des périodes comme ça, fait en sorte qu’on les respecte beaucoup plus. C’est un peu comme si on se programmait mentalement donc quand vient le temps de rédiger, on est beaucoup plus disposé à le faire.

5)   Ne travaillez pas trop longtemps

Je ne sais pas pour vous, mais même si j’adore mon travail, j’ai quand même une capacité de concentration et d’attention soutenue limitée. J’ai calculé qu’après 45 minutes de travail consécutif, mon cerveau bifurque ensuite automatiquement vers autre chose et je deviens vraiment plus facilement distraite par mes pensées ou n’importe quoi d’autre en fait.

J’ai donc programmé des périodes de 45 minutes de rédaction suivies de 15 minutes de pause à chaque fois. Ça parait court comme ça, mais le fait d’avoir de courtes périodes, ça crée un sentiment d’urgence qui fait en sorte qu’on est beaucoup plus concentré et assidu à la tâche.

Si on se dit qu’on a 4 heures pour rédiger notre rapport (ou pire encore toute la journée), alors il y a de TRÈS FORTES chances qu’on prenne tout notre temps et que finalement, on ait travaillé peut-être l’équivalent de 1h sur le 4h de travail au total…

C’était toujours ce qui m’arrivait quand je me disais, ben motivée : « Demain je prends toute la journée pour rédiger ». Ouin… Disons que la journée finissait et que je me retrouvais à ne pas avoir fait grand-chose.

Le fait de délimiter les tâches dans le temps, de prévoir de courtes périodes, nous force à être plus efficace. Il ne vous reste qu’à établir la durée pendant laquelle vous pouvez être efficace sans vous laisser distraire et ça deviendra la durée de vos « intervalles de travail ».

6)   Faites une seule chose à la fois

Avec la technologie, les réseaux sociaux et le fait qu’il faille toujours être efficace et rapide dans nos réponses, il est facile de tenter de tout faire en même temps : prendre un appel pendant notre période de rédaction, répondre à un courriel qui vient de rentrer, aller voir la dernière notification sur Facebook, etc.

Cela nuit considérablement à l’efficacité, car bien souvent, la dernière notification sur Facebook se transforme en 15 minutes passées à « scroller » dans le fil d’actualités, on vient de recevoir une réponse à notre réponse courriel, etc.

Je sais que ce n’est pas facile de ne faire qu’une chose à la fois, mais ça change tout. Quand j’ai réalisé tout le temps que je perdais à « vouloir tout faire tout de suite », j’ai pris les grands moyens.

Mon truc : désactivez TOUTES les notifications sur votre ordinateur et sur votre cellulaire.

Je ne reçois aucune notification de courriels ni Facebook sur mon ordi à moins que les applications soient ouvertes. C’en est de même pour mon cellulaire où je ne reçois aucune notification sauf si je vais voir moi-même.

Je suis donc beaucoup moins portée à aller voir un courriel qui entre pendant ma rédaction parce que je ne le sais tout simplement pas.

Vous pouvez également mettre votre cellulaire en mode « ne pas déranger » pour ne pas qu’il sonne pendant votre période de rédaction.

7)   Dressez une liste des rapports à faire en ordre de priorité

Plus haut, j’ai mentionné que j’avais une liste de tous les rapports que je dois rédiger en ordre de date de remise. C’est quelque chose que je trouve fort pratique, car ça me permet de savoir ce que j’ai à faire sans me poser trop de questions.

Gardez toujours, accessible, une liste de la rédaction que vous avez à faire avec le détail s’il y a lieu.  Voici en image comment j’organiser ma liste.

 
Capture d’écran 2018-05-17 à 11.00.03.png
 

 

Cela fait le tour de mes meilleurs trucs pour rédiger efficacement. Évidemment, il m’arrive encore d’avoir quelques lacunes, mais depuis que j’applique tout cela, j’ai vu une énorme différence dans ma rédaction.

Et vous, avez-vous des trucs qui vous aident à être efficace pour rédiger?

8 considérations à prendre pour une rencontre à distance efficace

8-trucs-rencontre-distance-efficace

Pour profiter au maximum d’une thérapie à distance, il est primordial de tenir compte de divers éléments. Si vous n’êtes pas bien organisé, vous risquez de vous fâcher plus souvent qu’autrement lors de la rencontre et de ne pas en profiter pleinement. Alors sans plus tarder, voici à quoi vous devez penser avant votre rencontre virtuelle en orthophonie.

1) Ayez une webcam

La plupart des ordinateurs de table et portables récents sont munis d’une webcam. Toutefois, si ce n’est pas votre cas, il est important de vous en procurer une. Vous pouvez facilement vous la procurer en ligne à un coût abordable ou dans une boutique d’électronique près de chez vous.

Évidemment, ce n’est pas tout d’avoir une webcam. Encore faut-il s’assurer qu’elle fonctionne bien. Je vous suggère donc, avant votre rencontre, de vous connecter d’avance et de faire des tests de caméra pour vous assurer qu’elle fonctionne.

2) N’utilisez pas votre téléphone intelligent

À moins que l’écran de votre téléphone ne soit aussi grand que celui d’un ordinateur, ce dont je doute, passer la rencontre sur votre téléphone intelligent n’est pas ce qu’il y a de plus efficace. Premièrement, vous vous trouverez sûrement dans l’obligation d’avoir à tenir votre téléphone durant toute la rencontre (hello les bras morts après 15 minutes) et de bouger, ce qui ne sera pas très agréable pour l’orthophoniste de l’autre côté de l’écran. 

Aussi, à moins d’avoir des yeux bioniques, vous trouverez pas mal ardu de lire les documents ou de regarder les indications que l’orthophoniste vous partagera avec la fonction de partage d’écran. 

Finalement, bien que les cellulaires sont de plus en plus pratiques et techno, il n’en reste pas moins que l’ordinateur vous permet d’accomplir plus de fonctions encore pour le moment. Je vous suggère donc de privilégier l’ordinateur et en second choix la tablette électronique si celle-ci est relativement grosse. 

3) Le casque d’écoute avec micro : un must!

Je le recommande SURTOUT pour les enfants qui ont de la difficulté à se concentrer. Si l’environnement à la maison est le moindrement bruyant et distrayant, le casque d’écoute est alors un outil indispensable qui permet au jeune d’entrer dans sa bulle. 

De plus, je trouve que ça fait un meilleur son pour le jeune et pour moi aussi. J’aime comparer le fait de mettre ses écouteurs ou son casque d’écoute au fait de fermer la porte de la salle de thérapie pour faire fie des distracteurs externes.

Pas besoin de dépenser une fortune. De simples petits écouteurs à iPod par exemple suffisent (assurez-vous qu’il y a un micro intégré). 

4) Ayez un clavier

Il va de soi que si vous êtes sur un ordinateur, vous aurez un clavier. Par contre, si vous faites la rencontre à partir de votre tablette, cela n’est pas toujours le cas. Le clavier sur l’écran n’est pas optimal pour une rencontre avec l’orthophoniste notamment en raison de la position non ergonomique de celui-ci par rapport à la caméra de l’écran.

Ainsi, si vous utilisez votre tablette, je vous suggère de vous procurer un clavier bluetooth que vous pourrez connecter à celle-ci et qui agira comme un clavier d’ordinateur. Votre écran sera également plus libre puisque le clavier ne sera pas affiché directement sur celle-ci. 

De plus, pour les jeunes qui apprivoisent le clavier d’ordinateur, j’aime qu’ils puissent déjà avoir accès à la sensation des touches pour augmenter leur fluidité de frappe.

5) Vérifiez que vous disposez de suffisamment de bande passante

La bande passante c’est la quantité de données que l’on consomme lorsqu’on est sur Internet. Que ce soit lorsqu’on écoute une série sur Netflix, des vidéos sur Youtube, lorsqu’on télécharge une pièce jointe d’un courriel ou encore qu’on navigue sur un site web, toutes ces actions requièrent des données. 

Pour ceux qui ont un forfait internet comprenant des données illimitées, une rencontre à distance ne pose pas problème. Par contre, si vous disposez d’un nombre de données précis dans votre forfait internet, il est important de vérifier que vous ne dépasserez pas ce nombre. Autrement, vous vous retrouverez avec des frais supplémentaires qui peuvent être parfois assez exorbitants. Il existe différentes façons de vous assurer que vous n’excédez pas la consommation limite, mais comme ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, je vous suggère de contacter votre fournisseur pour vous assurer que tout est correct. 

Un truc simple pour optimiser la bande passante : pendant votre rencontre en orthophonie, assurez-vous que personne n’utilise Internet en regardant des vidéos en même temps par exemple.

6) Adaptez votre environnement

Ce n’est pas parce que la rencontre se fait à partir de votre maison qu’il faut négliger l’espace où vous vous trouvez. L’environnement joue un rôle important sur la réussite d’un suivi à distance. Assurez-vous d’installer l’enfant dans un endroit calme où il n’y aura pas trop de distracteurs (p.ex. dans le bureau). Installez-le confortablement pour qu’il puisse bien voir à l’écran et avoir accès au clavier et à la souris de l’ordinateur.

Dans certains cas, il n’est pas possible de laisser le jeune sans surveillance durant la rencontre. Les parents l’installeront donc à la table de la cuisine par exemple. Si vous choisissez cette option, assurez-vous de ne pas faire trop de bruit à l’arrière et que les frères et soeurs sont dans une autre pièce. C’est dérangeant à la fois pour l’enfant et pour l’orthophoniste. 

P.S. N’oubliez pas de mettre votre cellulaire en mode silencieux pour éviter qu’il ne vous dérange (vous ou votre enfant) durant votre rencontre.

7) Préparez du matériel à portée de main

Par matériel, j’entends papiers et crayons principalement. Il se peut que l’orthophoniste vous demande d’écrire ou de prendre des notes. Pour éviter de perdre du temps de rencontre, assurez-vous de tout avoir à portée de main. Il en est de même pour votre agenda/cellulaire qui vous sera fort utile au moment de planifier le prochain rendez-vous.

Pour le jeune, je suggère qu’il ait accès sensiblement aux mêmes outils que lorsqu’il fait ses devoirs (papier, crayons, effaces, surligneurs, aide-mémoire, etc.). J’aime suggérer au parents de faire un « kit devoirs » à la maison et de tout classer ces éléments dans une boite à laquelle l’enfant aura accès. Il n’a qu’à prendre sa boite et saura que tout y est. Ainsi, il sera d’autant plus disposé à se concentrer à 100% lors de sa séance d’orthophonie.

8) Arrivez à l’avance

Ce n’est pas parce que la rencontre se fait en ligne et que vous n’avez pas à quitter votre maison qu’il faut être dernière minute. Je suggère toujours de vous préparer environ 10 à 15 minutes avant l’heure prévue de votre rencontre. Ainsi, cela vous permettra de vous assurer que tout fonctionne et, dans un cas où vous rencontriez une problématique technique, vous auriez un peu plus de temps pour régler le tout.

Voyez cela un peu comme si vous vous présentiez dans une salle d’attente virtuelle. Connectez-vous d’avance et l’orthophoniste « viendra vous chercher » en vous appelant. 

Il est important de savoir que tout retard est considéré de la même façon pour un rendez-vous à distance qu’en clinique. Autrement dit, les minutes pour lesquelles vous n’êtes pas présent sont perdues et ne seront pas reprises à la fin de la rencontre bien qu’elles sont facturées. De plus, une absence non justifiée compte également comme un rendez-vous manqué et des frais d’annulation peuvent s’appliquer. Je vous suggère de discuter avec votre orthophoniste au début afin de connaitre ses politiques d’annulation et de retard. Pour ma part, je considère un retard causé par un bris technique au même titre qu’un retard en clinique qui serait causé par la circulation le temps de rencontre se verra écourté mais tout de même facturé.

Après avoir lu toutes ces considérations à prendre, il est possible de constater que, même si un suivi à distance peut nous simplifier grandement la vie, il est important de se rappeler qu’il s’agit tout de même d’une rencontre d’intervention en orthophonie. Conséquemment, vaut mieux arriver bien préparé pour en profiter amplement.

4 façons d'utiliser le langage pour favoriser ses relations sociales

apprivoiser-langage-maitriser-relations

Une des composantes du langage qu'on ne considère pratiquement jamais et qui pourtant est toute aussi importante que le fait de savoir parler, c'est la façon dont on communique et dont on gère nos interactions avec les autres. En jargon orthophonique, on parle de pragmatique.

Je parlais l'autre jour avec le parent d'une petite cliente et la mère me racontait que plus ça va, plus il semble difficile pour sa fille de se faire des amis. C'est une enfant extrêmement sociable qui aime plaire aux gens, mais il lui arrive souvent de ne pas savoir quoi dire ni comment le dire, ce qui peut parfois donner lieu à des malaises. Les autres ne comprennent pas nécessairement pourquoi elle agit ainsi. 

Ok, mais c'est quoi le lien entre le langage et les amis?

Est-ce qu'il vous est déjà arrivé de discuter avec quelqu'un qui vous parlait d'un sujet qui ne vous intéressait visiblement pas, mais qui, malgré vos nombreuses tentatives pour le lui signifier subtilement, continuait sur sa lancée? Moi oui! Et je dois vous avouer que ce n'est jamais vraiment une partie de plaisir de voir que l'autre ne saisit pas les messages qu'on lui envoie. D'autant plus que ça finit souvent qu'on doit couper court à la conversation au risque de paraître bête ou dire explicitement à l'individu qu'on n'est pas intéressé (pour ma part, je DÉTESTE devoir faire ça).

Est-ce que ça vous est déjà arrivé qu'un individu que vous connaissez peu vous parle d'un peu trop proche, autrement dit, qu'il soit dans votre bulle? Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, je ressens toujours un profond malaise, car peu importe les signes que j'envoie à cette personne, on dirait qu'elle ne fait que se rapprocher de moi contre mon gré. Encore une fois, je mets donc toujours TRÈS rapidement court à la conversation au risque de paraître malpolie quand mon message n'est pas compris. 

Est-ce que ça vous est déjà arrivé qu'une personne dise une phrase totalement hors contexte ou répète ce que vous dites sans amener la conversation plus loin? Moi ça m'est déjà arrivé et j'ai beau travailler dans le domaine et comprendre les principes de base d'une conversation, à chaque fois que je le vis, je ne peux m'empêcher de me sentir mal pour la personne qui se fait souvent regarder de travers par les autres interlocuteurs.

Pour vous illustrer plus concrètement à quel point le langage module nos relations sociales, j'ai décidé de m'inspirer de 4 situations que vivent régulièrement mes propres clients présentant des difficultés langagières. 

1) Votre interlocuteur ne comprend peut-être pas tout ce que vous lui dites...

La plupart des enfants/ados avec lesquels je travaille ont des difficultés langagières. Bien qu'elles soient souvent subtiles, elles demeurent bien présentes. L'une de ces difficultés est la compréhension.

Je parie que ça vous est déjà arrivé de hocher de la tête lorsque quelqu'un vous parle, mais que vous n'avez rien compris à ce qu'il vous a dit et que vous êtiez trop gêné pour lui demander de répéter. Disons que parfois, ça peut donner lieu à de drôles de situations surtout si la réponse attendue était tout sauf un hochement de tête... 

C'est un peu ce qui se passe pour les gens qui éprouvent des difficultés de compréhension. Il leur arrive souvent de ne pas comprendre ce que signifie un mot en particulier ou une structure de phrase quelconque. Et au lieu de passer pour « simplet » et demander des précisions sur ce qui vient d'être dit, ils vont se contenter de hocher la tête ou de donner la réponse qui semble la plus logique pour eux (mais qui ne l'est pas toujours).

Cela coupe souvent l'élan de la conversation soit parce que la réponse ne permet pas de poursuivre le fil conducteur ou ne correspond pas du tout au sujet discuté. 

Sachez que les gens qui ont des difficultés langagières sont souvent mal à l'aise de devoir admettre leur incompréhension (dans certains cas même, il n'en sont pas conscient tant qu'on ne leur fait pas remarquer). Alors la prochaine fois qu'une personne vous donne une réponse insensée ou inadéquate, ne vous gênez pas pour lui demander si elle a compris ce que vous veniez de lui dire et reformuler votre phrase.

2) Ne pas comprendre les messages sous-entendus (figures de style, expression du visage)

Une autre des difficultés qu'on remarque chez les individus qui présentent des difficultés langagières, c'est qu'il est parfois difficile pour eux d'interpréter les fameux « messages subtils ». Vous savez ces sous-entendus qu'on glisse dans une conversation parce qu'on ne veut pas dire directement le fond de notre pensée.

En effet, étant donné qu'ils éprouvent des difficultés de compréhension, leur demander de comprendre une phrase figurée (p.ex. une expression) ou encore l'ironie, ce n'est pas toujours réaliste.

Plusieurs individus présentant des difficultés langagières ne comprendront pas le message subtil que vous tentez de leur livrer. Ainsi, n'hésitez pas à être clair. Si vous voyez que l'information ne semble pas être comprise, reprenez vos propos en les exprimant clairement. Autrement dit, dites mot pour mot ce que vous pensez.

Au risque de paraitre direct, vous serez probablement plus apprécié par votre interlocuteur qui comprendra ce que vous voulez et surtout qui pourra se sentir compris également. Cela vous évitera également, à vous, bien des frustrations de ne pas avoir été compris et possiblement que la prochaine fois que vous verrez cette personne, vous vous sentirez mois agacé par celle-ci du fait qu'elle ne vous comprend pas.

3) Comment amorcer la conversation

La plupart des personnes qui ont des difficultés langagières sont au courant de leurs difficultés et trouvent cela embarrassant (comme je l'ai dit plus tôt, ils ne sont pas « simplets »). Ils n'aiment pas forcément parler à des personnes qu'ils connaissent peu ou pas de peur d'être jugé, ce qui est totalement compréhensible. 

Un de mes rôles en tant qu'orthophoniste est de les encourager à parler et à échanger avec des gens qu'ils connaissent moins (p.ex. poser une question au serveur du restaurant, remercier la caissière, demander ses directions, etc.).

Ainsi, il arrive que la personne tente d'établir un lien avec vous, d'amorcer la conversation, mais qu'elle ne sait juste pas comment s'y prendre et qu'elle n'arrive pas à trouver les mots justes ou la bonne formulation de phrase. Si vous voyez que ce que votre interlocuteur vous dit n'est pas clair ou n'est pas totalement en lien avec le contexte, n'hésitez pas à lui demander des précisions courtes et précises. Je vous le garantis, il vous en sera reconnaissant. 

4) Ne pas savoir quoi dire, mais devoir parler (quand on sait qu'on a des difficultés)

Il se peut que vous ayez parfois l'impression d'être le seul à alimenter la conversation et à poser des questions pour lesquelles vous n'aurez que des réponses très brèves. Certains trouvent ça lourd et rapportent parfois avoir l'impression de faire un monologue. Sachez que si ça vous arrive, ce n'est pas par manque d'intérêt de la part de votre interlocuteur, mais plutôt par manque d'habiletés (bon on s'entend que dans certains cas, c'est possible que ce soit par manque d'intérêt quand même). Il est difficile pour un individu présentant un trouble du langage de formuler clairement sa pensée.

Pour aider votre locuteur à élaborer un peu et à s'impliquer davantage dans la conversation, c'est de lui poser des questions ouvertes, i.e. des questions auxquelles il ne peut répondre par oui ou non (p.ex. Pourquoi as-tu aimé cette activité?). Vous pouvez également lui offrir des choix de réponse et lui laissez le temps de réfléchir à son idée et de mettre en place sa structure. N'essayez pas de lui mettre des mots dans la bouche. Ce n'est jamais agréable pour personne.

En somme, lorsque vous rencontrerez une personne que vous connaissez peu et avec qui vous avez l'impression d'avoir une discussion « qui accroche », avant de vous sentir fâché ou énervé, prenez un instant pour valider la clarté de votre message. Peut-être êtes-vous trop subtil. Il est possible de faire passer clairement son message de façon polie.

Si vous vous reconnaissez ou reconnaissez un proche à travers ces lignes, parfois, une simple petite consultation pour travailler les principes d'une conversation suffit. Vous pouvez me contacter et je vous dirai ce qu'on peut faire ensemble.