Un pupitre, c'est plate

pupitre-plate

L'autre jour (ben l'automne passé en fait), je suis tombée sur un article intéressant qui m'a vraiment interpelée où on parlait d'une classe dans une école primaire où l'enseignante avait décidé de ne pas mettre de pupitres. N'étant moi-même pas vraiment adepte du principe qui consiste à demeurer assis dans la même position pendant 60 minutes pour mes petits clients, j'ai lu avec intérêt et curiosité cet article. L'enseignante expliquait qu'elle avait remplacé les pupitres par des fauteuils, des ballons, des coussins et des tables basses et remarquait que ses élèves étaient beaucoup plus attentifs et « gigotaient » pas mal moins. Certains professionnels diront peut-être que ce n'est pas très ergonomique, mais il faut préciser que les enfants ne restent pas couchés au sol ou assis sur un divan toute la journée de cours : ils ont la possibilité de changer de place et de position comme bon leur semble. 

J'avais un peu oublié cet article et l'autre jour, je suis tombée sur un autre article qui expliquait à quel point les écoles sont dépassées et ne sont plus adaptées au mode d'enseignement actuel. Dans cet article, on y expliquait que des études ont démontré une relation entre l'apprentissage de l'élève et l'environnement dans lequel il apprend. Ça m'a donc fait réfléchir à ma propre pratique et j'ai réalisé, sans m'en rendre compte que pour moi, l'environnement de travail est très important. 

T'AS LE GOÛT DE T'ASSEOIR COMME TU VEUX? PAS D'TROUBLE!

Je ne pense pas vous apprendre la nouvelle du siècle en vous disant que ma clientèle est majoritairement composée d'enfants d'âge scolaire présentant des difficultés d'apprentissage notamment en raison de leur trouble de langage. De plus, la comorbidité entre trouble de langage et trouble déficitaire d'attention (avec ou sans hyperactivité) n'étant plus à prouver, plusieurs de mes clients ont un TDA/H concomitant à leur trouble de langage. Quand ils arrivent dans mon bureau après une journée d'école, il est fort possible que leur capacité d'attention soit diminuée. 

Pour ma part, je n'ai qu'un seul critère lorsque je suis avec mes clients : « Peu importe comment tu t'installes, je veux que tu sois attentif à moi. » Ainsi, j'ai eu droit à toutes sortes de drôles de choix de positions pour mes clients, passant de assis sur la table à en train de tourner sur le petit tabouret, à sauter sur le trampoline ou encore à se balancer... Ah et couché sur le dos au sol aussi! Et souvent, c'est un melting pot de tout ça en une seule rencontre! 

Je trouve toujours bien drôle de voir les parents un peu outrés de l'attitude de leur enfant et honteux quand il n'est pas assis bien droit à mon bureau, mais c'est souvent l'une des premières choses que je leur explique. Pour moi, le plus important n'est pas comment l'enfant est assis, mais de m'assurer qu'il m'écoute. D'ailleurs, même si mon organisation de table et de bureau est prévue de manière à être ergonomique, il n'est pas rare que je propose moi-même d'aller s'asseoir au sol pour une activité ou encore que j'invite l'enfant à sauter sur le trampoline pendant qu'on travaille une notion particulière. 

IL N'Y A PAS D'ÂGE POUR S'ASSEOIR N'IMPORTE COMMENT!

De plus en plus, on voit des entreprises acquérir des bureaux et des chaises différents pour les travailleurs adultes. Moi-même je travaille souvent assise sur un gros ballon ou encore bien écrasée dans un pouf. Je me dis donc : « Pourquoi ne pas offrir ça à nos enfants? » Je me rappelle de mon copain lorsqu'il était aux études. Il a lui-même un TDA/H et pour arriver à demeurer bien concentré, il pouvait passer 2 heures debout en équilibre sur son ballon d'exercice, ses cahiers à la main ou couché à plat ventre sur son lit. Ça rend les tâches exigeantes sur le plan cognitif tellement plus agréables! Souvent, les enfants aiment venir en orthophonie principalement parce qu'ils ne demeurent pas assis dans la même position pendant 1 heure. De plus, avec certains enfants plus timides, il n'est pas rare que je vais leur proposer d'aller faire une activité au sol par exemple... et ils me disent rarement non...

LA MAISON, C'EST L'ENDROIT RÊVÉ POUR NE PAS RESTER ASSIS À TABLE

La période des devoirs et des leçons peut souvent être un calvaire notamment parce qu'on demande à l'enfant de demeurer sagement assis à la table de la cuisine alors qu'il vient de passer 8 heures à demeurer sagement assis. Pourquoi ne pas en profiter pour « changer le mal de place »? Pourquoi ne pas profiter du fait qu'on a accès à différents meubles à la maison pour permettre à l'enfant de s'installer comme il le veut? La période des devoirs pourrait d'ailleurs devenir LE moment privilégié où l'enfant à le droit de faire des choses qu'il ne pourrait faire en temps normal (p.ex. s'installer sur le divan la tête à l'envers, s'asseoir sur le comptoir, se coucher par terre, etc.). Votre seule limite : votre imagination (ah et un peu aussi votre mobilier). Et faites tout de même attention de bien encadrer ce genre de privilège.